Hollande casse Sarko

Tribune libre

Publié le 26 février 2013

 Un Président qui se dit normal et se permet au salon de l’Agriculture de balancer à une petite fille « Bah tu ne le verras plus » à propos de Sarkozy : c’est franchement nul.

La réponse de Sarkozy : « Si j’avais fait ça à l’époque, ça aurait fait un buzz » aurait-il confié, en petit comité. Avant de poursuivre: « C’était tout petit! »

Nouvelle venue par mi nos chroniqueurs, voici La Panthère qui signe un article très pertinent et très avisé.

panthere

   TRIBUNE LIBRE   

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

L’info évitée par les médias est là sur Observatoire du MENSONGE

Vous aimez : partagez alors…!

   Hollande casse Sarko   

De Mitterrand à aujourd’hui : le conservatisme au pouvoir !

A voir comment ce gouvernement détricote tout ce qu’a fait Nicolas Sarkozy,

A voir comment ce Président manque de civilité à l’encontre de Nicolas Sarkozy,

Il apparaît à jour un fait manifeste !!!

Il y a désir de vengeance !

Vengeance sur cette fameuse élection de 2002 où surs d’eux les socialistes allaient être élus !

A noter d’ailleurs que FH était Secrétaire du PS à l’époque. Il y est resté de longues années durant…sans

se remettre en question, ni le PS, ni le programme et donc ni lui même. Pourtant la responsabilité lui incombait.

Ils se sont laissés porter par le PS des années Mitterrand…

Il suffit d’ailleurs de voir aujourd’hui ce gouvernement pour comprendre qu’ils n’ont pas « grandi ».

Il suffit de voir les personnes qui le compose : les mêmes que sous Jospin et Mitterrand.

Il suffit de voir ce gouvernement qui monte les français les uns contre les autres (jeunes-retraités, fonction publique-privé, « pauvres » et « riches »…) pour comprendre la rancune qu’ils ont contre cet électorat qui les a fait perdre en 2002.

Il suffisait de voir leur programme rempli de grands mots idéologiques, sans idées novatrices, ni recettes

économiques (ex : emplois d’avenir ce sont les TUC des années 1980), encore moins de grandes réformes.

En 2002, ils ne sont pas posés les bonnes questions mais avaient-ils les bonnes personnes pour le faire ?

FH, à dessein, s’est laissé porté lui, tissant ça et là une toile d’araignée avec les médias qu’il a su charmer (il y a beaucoup à dire là-dessus d’ailleurs).

Et à dessein, il va continuer à nous monter les uns contre les autres, le vote des étrangers, victimes justiciables, les changements dans la constitution (pour rappel dans son programme, il est prévu d’y mettre la reconnaissance des organisations sociales et supprimer le mot race) : mieux diviser pour

mieux régner !

En attendant, le PS dispose de tous les pouvoirs : exécutif, législatif, collectivités territoriales, Cour des Comptes jusqu’au Conseil Constitutionnel (ou sous des allures de parité les médias nous ont fait passé la « chose » sans que personne ne relève!) et sans oublier le CSA…

Les médias eux continuent de nous « berner ».

Il leur aurait juste suffi, avant les élections, de dénoncer les inepties du programme de son côté rétro, dépassé, obsolète dans ce monde moderne. Mais ce corps de métier est malade. Sous l’emprise d’une oligarchie, ils sont déconnectés de la réalité, un monde à part qui côtoie les politiques et n’est plus à même d’effectuer l’essence même de leur raison d’être.

Ils n’arrivent plus à se détacher de ce pouvoir politique et agissent comme eux. Les journalistes se prenant eux mêmes pour des « stars ».

Donc, aujourd’hui, nos élus (de droite comme de gauche), nos médias semblent en perpétuel décalage avec le terrain, en déconnexion avec notre réalité quotidienne.

Pourtant de grandes réformes dans notre Pays nous seraient tant souhaitables pour qu’enfin nous remarchions élus, nous, tous ensemble.

Mais c’est toute une machine qu’il leur faut remettre en question et perdre des acquis (que nous leur accordons) leur fait peur, aux politiques comme aux médias ! Le conservatisme se trouve ici mais personne apte à le dénoncer.

Personnellement, je croyais Nicolas Sarkozy homme à nous porter dans ce sens. Il avait des mots justes (n’en déplaisent à certains !) : réformes de la formation professionnelle, des collectivités territoriales, des organisations syndicales, de la justice, de l’Europe et ses frontières…

Une vision d’homme moderne.

Quoique vous en disiez, au fil des jours, nous découvrons au travers du détricotage de ce gouvernement que Nicolas Sarkozy tentait de nous apporter, et ne serait ce qu’en parlant à tous les français, des solutions novatrices, le remède miracle n’existant pas et le Paradis n’étant pas sur terre…Certains nous parlent de la dette, des affaires avec la justice… Tout ce dont les médias ont martelé des mois des années durant nos cerveaux. La dette ? Elle est là ! Et une crise alors est passée (et une autre aujourd’hui aidée, causée par ce gouvernement nous plombe !).

Les fameuses affaires avec la justice ? Celles dont les médias nous ont martelé les esprits ? Encore faut-il être aptes à aller chercher par soi-même l’information.

L’exemple le plus flagrant, pour ma part, a été pour l’affaire Karachi, alors que tous les médias sous entendaient, à tout va, sa mise en cause…Il aurait suffit d’aller voir sur gouv.fr pour découvrir que la levée du secret défense avait été levée pour que le dossier puisse se poursuivre…Et ça les médias vous l’on tu !

Avec tout cela, aujourd’hui, et avec un certain recul, je me dis : nous l’avons laissé partir ? Alors, c’est que nous n’étions pas prêts ! Et que…

Mais aujourd’hui aussi, notre avenir à toutes et à tous s’assombrit plus que jamais et devant ce consternant constat, il est sur que notre bateau France va s’échouer sur les rivages de la Grèce !

J’aurai tant aimé me tromper !
Bettina :

La Panthère

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Vous aimez : partagez maintenant !

Avec la gauche on n’aura plus rien.

C’est ce que je dénonce justement dans le désert des gens qui s’en foutent©…

Alexandre Goldfarb

Président Fondateur de l’Observatoire du MENSONGE

C’est le combat pour la France Libre avec

Observatoire du MENSONGE et de la Désinformation

PARTICIPEZ !

#####

BLOG, mode d’emploi, cliquez ICI

#####

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :   Martine Cestelle pour Observatoire du MENSONGE ou http://observatoiredumensonge.com

Le HIT du BL

Publicités

Publié 26 février 2013 par jacqueslucienne dans == CONSO

  • CA POURRAIT CORRESPONDRE A UN CERTAIN FRANCOIS_
    il etait une fois un enorme monstre qui mangeait tous les habitants de la foret! Rien ne pouvait l'arreter.Mais un jour,il s'ecroula raide mort... a l'autopsie on constata qu'il avait un anus si minuscule qu'il ne pouvait pas evacuertout ce qu'il avait devore. MORALITE:quand t'es un petit trou du cul,evite d'avoir une grande gueule

  • MAZARIN

    A méditer, la citation de Colbert & Mazarin, qui n'a pas pris une seule ride !

    Colbert : Pour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. j’aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…
    > > > > > > > > > > Mazarin: Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'État…, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.
    > > > > > > > > > > Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
    > > > > > > > > > > Mazarin : On en crée d'autres.
    > > > > > > > > > > Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.
    > > > > > > > > > > Mazarin : Oui, c’est impossible.
    > > > > > > > > > > Colbert : Alors, les riches ?
    > > > > > > > > > > Mazarin: Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres
    > > > > > > > > > > Colbert : Alors, comment fait-on ?
    > > > > > > > > > > Mazarin: Colbert, tu raisonnes comme un pot de chambre sous le derrière d'un malade ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! c'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser… c'est un réservoir inépuisable.
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > Extrait du "Diable Rouge" !
    > > > > > > > > > > C'était il y a 4 siècles !