Valérie Debord constate qu’aujourd’hui le peu de crédibilité qui restait au gouvernement de François Hollande vient de tomber

 

 

Vendredi 22 février 2013

Valérie Debord constate qu’aujourd’hui le peu de crédibilité qui restait au gouvernement de François Hollande vient de tomber

En effet le couperet de la Commission européenne a établi que l’objectif des 3% sur lequel s’était engagé le gouvernement ne serait pas tenu et qu’au contraire, le déficit public de la France atteindrait cette année 3,7% du PIB.

Par ailleurs, la croissance de la France sera quasiment nulle cette année, à +0,1%, bien loin des 0,8% sur lesquels le budget a été construit.

En ne baissant pas la dépense publique, en jetant la suspicion sur le monde de l’entreprise et en s’ingéniant à diviser les Français le gouvernement de Jean-Marc Ayrault porte une lourde responsabilité dans cette situation.

Le budget 2013 est insincère puisque bâti sur une prévision de croissance trop optimiste et il va falloir faire des économies qui pour les socialistes ne peuvent être que de nouveaux prélèvements d’impôts sur les classes moyennes avec dans le viseur de la gauche la fiscalisation des allocations familiales et la baisse des pensions de retraite !

L’imposture de la présidentielle est désormais sur la place publique, l’UMP la dénonce depuis 9 mois, Bruxelles vient de la prouver !

Valérie Debord
Déléguée générale adjointe de l’UMP en charge du projet

Télécharger le communiqué (pdf – 45 ko)

 
Publicités

Publié 22 février 2013 par jacqueslucienne dans == CONSO

  • CA POURRAIT CORRESPONDRE A UN CERTAIN FRANCOIS_
    il etait une fois un enorme monstre qui mangeait tous les habitants de la foret! Rien ne pouvait l'arreter.Mais un jour,il s'ecroula raide mort... a l'autopsie on constata qu'il avait un anus si minuscule qu'il ne pouvait pas evacuertout ce qu'il avait devore. MORALITE:quand t'es un petit trou du cul,evite d'avoir une grande gueule

  • MAZARIN

    A méditer, la citation de Colbert & Mazarin, qui n'a pas pris une seule ride !

    Colbert : Pour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. j’aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…
    > > > > > > > > > > Mazarin: Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'État…, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.
    > > > > > > > > > > Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
    > > > > > > > > > > Mazarin : On en crée d'autres.
    > > > > > > > > > > Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.
    > > > > > > > > > > Mazarin : Oui, c’est impossible.
    > > > > > > > > > > Colbert : Alors, les riches ?
    > > > > > > > > > > Mazarin: Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres
    > > > > > > > > > > Colbert : Alors, comment fait-on ?
    > > > > > > > > > > Mazarin: Colbert, tu raisonnes comme un pot de chambre sous le derrière d'un malade ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! c'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser… c'est un réservoir inépuisable.
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > Extrait du "Diable Rouge" !
    > > > > > > > > > > C'était il y a 4 siècles !