France,état en faillite

 et Hollande ridiculisé au parlement européen

février 19th, 2013 Aschkel
hollande-se-goinfreMerkel lâche Hollande, Farage l’anglais le ridiculise devant le parlement. Quelques économistes tirent la sonnette d’alarme comme Sapin, et enfin un petit tour des efforts européens pour sortir de la crise, régime pour tout le monde sauf pour la France !Taux de croissance prévu pour 2013   – 0.8 %La stupeur de notre ami Marc.S qui a appris ce matin que tout allait bien (Mme la Marquise) en France….

Ce matin je me lève, j’allume BFM tv et qu’est-ce que je vois, des sous-titres disant que François Hollande est fier du budget adopté par l’UE, qu’il a réussi ce qu’il voulait etc… je m’étouffe avec mon café… je me dis c’est pas possible, ils se foutent de notre gueule les journalistes ou quoi ?

Comment peuvent-ils essayer de nous enfumer à ce point, pourquoi ne disent t’ils pas la vérité, Hollande a été ridicule !!!!
Je change donc de chaîne et je mets I-Télé, des fois que… même chose, des éloges sur l’action de Flamby… Mais où va t’on !!!?
De qui se moque t’on !? voici donc la vidéo que vous ne verrez jamais dans les médias français, ils sont tous culs et chemise avec ce gouvernement nauséabond !   Pour voir ce genre d’info vous devez aller sur les chaines anglaises ou US…

Hollande s’est tout simplement fait humilier, il n’y a pas d’autres mots pour qualifier ce qu’il a vécu là bas… et oui c’est pas le Mali l’UE… tout d’abord parce que Merkel l’a clairement désavoué en ralliant David Cameron sur un budget au rabais, et oui, NOUS N’AVONS PLUS LES MOYENS !!! et ensuite par Nigel Farage qui lui a tout simplement dit ses 4 vérités…
Honte aux médias français, regardez bien à quel pont Hollande s’est fait ridiculisé !

Voir à la fin de l’article vidéo numéro 1

Alors qu’en est-il Etat en faillite ou pas ?

Voir à la fin de l’article vidéo numéro 2

Tout d’abord ce petit tour d’horizon européen

L’Europe au régime, sauf la France

Par Josée Pochat

Rigueur. Sans même parler de la Grèce, en situation de faillite, un tour d’Europe permet de mieux mesurer les — vrais — efforts consentis par nos voisins.

Italie : six ans de travail en plus avant la retraite. On surnomme tour à tour Mario Monti “monsieur anti-fraude fiscale” ou “père la rigueur” en Italie, pays qui doit faire face à une dette de 2000 milliards d’euros (plus de 120 % du PIB) alors que la fraude fiscale annuelle est estimée à 120 milliards.

À peine trois semaines après son arrivée à la tête du gouvernement italien, en novembre 2011, Mario Monti a présenté un vrai plan de rigueur, baptisé “Sauver l’Italie”. Avec, pour commencer, une réforme des retraites conduisant certains Italiens à travailler six ou sept ans de plus (départ à la retraite à 66 ans à partir de 2018) et des coupes sans concession dans les dépenses publiques.

Il s’est ensuite attaqué à une autre réforme, qualifiée d’historique, sur la flexibilité du travail. Un nouveau contrat de travail a été instauré pour libérer l’embauche, en particulier des jeunes, prévoyant une période d’apprentissage longue, pendant laquelle l’entreprise reste libre de licencier.

« Monti a appliqué à l’Italie le programme de libération de la croissance de la commission Attali, dont il était d’ailleurs vice-président, et qui n’a pas été appliqué en France », note un économiste. Selon l’OCDE, les réformes déjà engagées en Italie pourraient augmenter son PIB de 4 % dans la décennie à venir.

Irlande : baisse de 10 % des salaires de la fonction publique. Le gouvernement irlandais a engagé un plan de rigueur sans précédent depuis 2008. Près de 30 milliards d’économies réalisées aux deux tiers en baissant les dépenses publiques. Les effectifs de la fonction publique ont été réduits de 9 % et les fonctionnaires ont vu leurs salaires baisser de 10 %. Sans compter la réduction de certaines prestations sociales.

Royaume-Uni : suppression de 700 000 fonctionnaires. Le pays s’est engagé dans la rigueur sans états d’âme. Suppression de 700 000 postes de fonctionnaire en cinq ans (au rythme quatre fois plus élevé que le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, en France), gel des salaires de la fonction publique, diminution de près de 20 % des budgets des ministères, allocations familiales sous condition de ressources, baisses massives des transferts de l’État vers les collectivités locales…

On estime que plus de 450 bibliothèques municipales ont été ou vont être fermées, quand il ne s’agit pas d’équipements sportifs, que les villes sont dans l’incapacité de continuer à financer.

Espagne : un plan de rigueur colossal. Face à la pression des marchés, Madrid a adopté un plan de rigueur qualifié d’historique, prévoyant plus de 100 milliards d’économies d’ici à 2014. Dès 2010, les pensions de retraite ont été gelées, les fonctionnaires ont vu leurs salaires baisser de 5 %, le “chèque bébé” (une aide à la natalité de 2 500 euros instaurée en 2007) a été supprimé.

D’autres mesures ont suivi : déremboursement de médicaments, “embauche zéro” dans la fonction publique, non-remplacement des départs en retraite, gel du smic, suppression de la prime de Noël des fonctionnaires (l’équivalent d’un mois de salaire), réduction de leurs jours de congé, du montant des indemnités de chômage, suppression des déductions fiscales pour l’achat d’un logement, augmentation de la TVA de 16 à 21 % en deux ans… Sans compter la réforme du travail qui a introduit un nouveau CDI assorti d’une période d’essai d’un an et permis aux entreprises en difficulté de baisser les salaires.

Allemagne : 86 milliards d’économies, après l’Agenda 2010. Le 14 mars 2003, dans une Allemagne qui compte 4 millions de chômeurs, le chancelier socialiste Gerhard Schröder annonce l’Agenda 2010, dans un discours resté célèbre : « Nous réduirons les prestations distribuées par l’État, nous favoriserons la responsabilité des individus et nous devrons exiger davantage de chacun. »

Les lois Hartz introduisant plus de flexibilité pour les employeurs sont promulguées, les indemnités de chômage sont moins généreuses, la période d’indemnisation maximale passe de trente-deux à douze mois. L’âge de la retraite est repoussé (à 67 ans), les remboursements des dépenses de santé deviennent plus sélectifs.

Au même moment, la France adoptait les 35 heures. L’Allemagne n’en a pas moins annoncé un sévère plan de rigueur en 2010 : 86 milliards d’économies en quatre ans, essentiellement fondé sur la maîtrise des dépenses.

Vidéo 1 – Hollande au Parlement européen

Vidéo 2 – Alors la France en faillite ou pas ?

Gérard DUSSILLOL, président du Pôle Finances publiques de l’Institut Thomas More et auteur de La crise, enfin !(edition Xénia, 2012) était l’invité de l’émission « Les décodeurs de l’éco », animée par Fabrice Lundy, aux côtés de Pierre-Mathieu DUHAMEL, président du Comité Stratégique de KPMG et Bruno JEANBART, directeur des études politiques d’Opinion Way, le lundi 28 janvier 2012. Ensemble, ils ont analysés l’étonnante petite phrase du Ministre du Travail Michel SAPIN qui sonne, comment le savoir, comme une provocation ou un appel au secours !…source

Publicités

Publié 20 février 2013 par jacqueslucienne dans == CONSO

  • CA POURRAIT CORRESPONDRE A UN CERTAIN FRANCOIS_
    il etait une fois un enorme monstre qui mangeait tous les habitants de la foret! Rien ne pouvait l'arreter.Mais un jour,il s'ecroula raide mort... a l'autopsie on constata qu'il avait un anus si minuscule qu'il ne pouvait pas evacuertout ce qu'il avait devore. MORALITE:quand t'es un petit trou du cul,evite d'avoir une grande gueule

  • MAZARIN

    A méditer, la citation de Colbert & Mazarin, qui n'a pas pris une seule ride !

    Colbert : Pour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. j’aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…
    > > > > > > > > > > Mazarin: Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'État…, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.
    > > > > > > > > > > Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
    > > > > > > > > > > Mazarin : On en crée d'autres.
    > > > > > > > > > > Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.
    > > > > > > > > > > Mazarin : Oui, c’est impossible.
    > > > > > > > > > > Colbert : Alors, les riches ?
    > > > > > > > > > > Mazarin: Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres
    > > > > > > > > > > Colbert : Alors, comment fait-on ?
    > > > > > > > > > > Mazarin: Colbert, tu raisonnes comme un pot de chambre sous le derrière d'un malade ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! c'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser… c'est un réservoir inépuisable.
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > Extrait du "Diable Rouge" !
    > > > > > > > > > > C'était il y a 4 siècles !