La politique de François Hollande est un échec

Vendredi 15 février 2013 | Société

 

La politique de François Hollande est un échec

Après 9 mois de gouvernement, François Hollande est en échec. Cette affirmation n’est pas une posture politicienne « classique » d’opposition. C’est un douloureux constat, basé sur l’observation incontestable des études qui mesurent l’état de la France. Dans tous les domaines, régalien, économique, international, notre pays a dangereusement décroché.

Sur le plan régalien, la délinquance a explosé. De janvier à juin à 2012, dont 5 mois où Nicolas Sarkozy était chef de l’Etat, il y a eu 68000 victimes de moins par rapport à la même période en 2011. De juillet à décembre 2012, les 6 premiers mois de la gauche, il y a eu 45000 victimes de plus qu’en 2011. La gauche a aussi relâché la lutte contre l’immigration clandestine : les expulsions d’immigrés illégaux ont chuté de près de 20% depuis le mois de mai. L’abandon de notre politique de fermeté, remplacée par le laxisme de Manuel Valls et Christiane Taubira, fragilise la cohésion nationale.

Sur le plan économique, tous les indicateurs sont passés au rouge. François Hollande a basé sa politique sur une hausse massive des impôts de 32 milliards, un refus de baisser les dépenses publiques et une absence de réformes de structures. Il en résulte une stagnation totale du pouvoir d’achat des Français en 2012 et donc un arrêt de la consommation, ainsi qu’une chute de l’investissement des entreprises (-1,2% au dernier trimestre de 2012 contre + 5,1% sur l’année 2011) et de leur compétitivité (-0,6% pour les exportations fin 2012). Quand la consommation, l’investissement et les exportations sont paralysés, c’est la croissance qui régresse (-0,3% au dernier trimestre 2012, soit la plus forte baisse depuis 15 trimestres), l’emploi qui s’effondre (1000 chômeurs en plus par jour depuis mai dernier) et nos déficits publics qui s’aggravent (l’objectif gouvernemental de 3% de déficit pour 2013 ne sera pas tenu, comme la Cour des Comptes l’a souligné le 12 février dernier).

Enfin, sur le plan international, le Sommet européen du 8 février dernier, qui a vu se nouer une alliance claire entre l’Allemagne et le Royaume-Uni au détriment de la France, a montré l’isolement de François Hollande. Dans une Europe où tous les Etats mènent de profondes réformes structurelles, la politique de François Hollande, qui repose essentiellement sur l’addiction à la dépense publique, est une anomalie. La grande politique européenne de croissance qu’il promettait n’a jamais vu le jour. Sa crédibilité personnelle est affectée.

Rien ne sert d’invoquer des boucs-émissaires : la gauche détient tous les pouvoirs. François Hollande a mené la politique de son choix et fixé lui-même des objectifs qui ne sont pas tenus. Il doit en assumer la responsabilité. L’échec est particulièrement grave dans le domaine économique où la tension sociale devient extrême. François Hollande doit immédiatement changer de politique économique. C’est pourquoi, pour l’y inciter, avec Christian Jacob et nos collègues députés UMP, nous allons déposer une motion de censure contre la politique économique du gouvernement. Une autre politique économique est possible : en baissant les dépenses, en travaillant plus, en faisant de la compétitivité une priorité, le retour vers la croissance et la baisse du chômage sont à notre portée !

Publicités

Publié 16 février 2013 par jacqueslucienne dans == CONSO

  • CA POURRAIT CORRESPONDRE A UN CERTAIN FRANCOIS_
    il etait une fois un enorme monstre qui mangeait tous les habitants de la foret! Rien ne pouvait l'arreter.Mais un jour,il s'ecroula raide mort... a l'autopsie on constata qu'il avait un anus si minuscule qu'il ne pouvait pas evacuertout ce qu'il avait devore. MORALITE:quand t'es un petit trou du cul,evite d'avoir une grande gueule

  • MAZARIN

    A méditer, la citation de Colbert & Mazarin, qui n'a pas pris une seule ride !

    Colbert : Pour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. j’aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…
    > > > > > > > > > > Mazarin: Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'État…, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.
    > > > > > > > > > > Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
    > > > > > > > > > > Mazarin : On en crée d'autres.
    > > > > > > > > > > Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.
    > > > > > > > > > > Mazarin : Oui, c’est impossible.
    > > > > > > > > > > Colbert : Alors, les riches ?
    > > > > > > > > > > Mazarin: Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres
    > > > > > > > > > > Colbert : Alors, comment fait-on ?
    > > > > > > > > > > Mazarin: Colbert, tu raisonnes comme un pot de chambre sous le derrière d'un malade ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! c'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser… c'est un réservoir inépuisable.
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > Extrait du "Diable Rouge" !
    > > > > > > > > > > C'était il y a 4 siècles !